Sevrage Tabagique

Arrêt du tabac
Arrêt du tabac

 

Aujourd’hui la plupart des études s’accordent à dire que le fumeur subit une dépendance à la fois physiologique dont  la nicotine serait le principal responsable, psychologique du fait de l’action même qui en est fait et qui procure une « sensation d’apaisement, de détente ou de liberté voire de concentration » et sociale car fumer, comme boire du reste, rapproche certaines personnes.

Cependant, il apparait de plus en plus clairement que la seule nicotine ne résumerait pas la dépendance au tabac comme la morphine, la cocaïne ou l’alcool peuvent l’être dans leur mode d’utilisation sans toutefois nier que le tabac n’en demeure pas moins énormément addictif ne serait-ce que par les éléments constituants qui y sont intégrés.

Plusieurs analyses pharmaceutiques ont été diligentées et mettent en avant des résultats très mitigés quant au sevrage et à l’abandon  total de l’envie de fumer.

Les traitements substitutifs nicotiniques comme le Silagy permettent de doubler les chances par rapport à un traitement « placebo »  mais le taux de réussite avoisine les 7 %  à 6 mois, guère plus. C’est ainsi que les patchs et autres dérivés sont remboursés depuis 2007 à hauteur de 50 € par an par la Sécurité Sociale.

Les médicaments de sevrage comme le Zyban dont le principe actif est le Bupropion donnent un taux de réussite  de 14.6 %.

Les traitements comme le Champix dont le principe actif est la Varenicline ont des résultats sensiblement meilleurs puisque l’on atteint environ 19 % de réussite à un an cependant les effets indésirables (1) sont nombreux et particulièrement importants puisque l’on parle de comportements suicidaires, perte de connaissance, crise d’épilepsie etc…

De plus ce traitement est l’un des plus chers puisque une cure de deux semaines revient aux alentours de 500 €. Le principe actif va mimer l’effet de la nicotine avec une intensité moindre et atténuer la stimulation neurochimique en présence de nicotine. La Sécurité Sociale a décidé de ne plus rembourser la participation de 50 € (10 % du prix du traitement) du fait de sa dangerosité et des effets indésirables qu’il provoque.

Que permet l’Hypnose Thérapeutique pour le sevrage tabagique ?

Une étude datant de 1992 et qui portait sur  71806 personnes a permis de démontrer que l’hypnose révélait un taux de 36 % de réussite à 12 mois sans toutefois en préciser ni la méthode ni le nombre de séances nécessaires.

Depuis l’avènement de l’Hypnose Ericksonienne dite Thérapeutique, ces chiffres ont constamment été revus à la hausse du fait du mode de prise en charge particulier que revêt ce type d’hypnose.

En effet, le nombre de séances peut varier d’un individu à l’autre selon l’anamnèse qui aura été faite avec le patient avant les séances à proprement parlé et qui permettront de définir les tenants et les aboutissants de cette « addiction » ou tout du moins de cette habitude.

L’approche selon l’Hypnose Ericksonienne peut être variée et peut faire appel à différents « protocoles », il est possible en effet de jouer sur l’aversion du tabac en sublimant les peurs et les conséquences que cela induit et qui y sont liées mais aussi et surtout on peut approcher le problème sans même mentionner le mot tabac ou sans jouer sur les craintes et les risques possibles.

L’emploi de métaphores positives basées sur le bien-être, le sentiment de liberté retrouvée ou de légèreté vous permettra de vous retrouver dans une autre dimension avec votre dépendance car j’irais rechercher un état de ressource important que « j’ancrerais » de manière à ce que vous puissiez  retrouver par vous-même cet état bienfaisant et apaisant.

Ces sensations seront basées sur les différents modes de perception qu’ils soient visuels, auditifs, kinesthésiques (ressentis), oraux ou gustatifs et cette palette de sensations sera améliorée et augmentée pour ressentir ce sentiment de libération et de légèreté tout en respectant votre « écologie »  et votre façon de percevoir les choses et de les analyser (votre carte du monde).

Chaque scénario est ainsi différent puisque chaque personne est différente, ce qui vous convient ne convient pas forcément à une autre personne.

L’écologie est importante dans la démarche hypnotique car elle permet de savoir si la démarche est positive et donc écologique dans le processus de la volonté de changement et c’est la raison pour laquelle il est important de soulever les problèmes sous-jacents durant l’anamnèse afin de commencer à les traiter en premier car bien souvent, dans cette typologie de sevrage (comme le problème de surpoids), un problème en cache un autre et c’est ce que l’on nomme le « bénéfice secondaire ».

Parfois le tabac est associé à la prise d’alcool ou de drogues dites « douces » et dans ce cas il conviendra d’adopter une attitude particulière pour chacun des cas rencontrés.

D’où l’importance de bien cerner les différents enjeux lors de la première rencontre qui constituera la première séance et qui pourra être suivie d’une séance hypnotique brève de manière  à commencer à changer vos habitudes par exemple et nous déciderons ensemble en combien de temps le sevrage sera achevé; parfois il arrive que certaines personnes décident d’arrêter en une seule séance…Si  vous avez besoin de plusieurs séances, une suggestion post-hypnotique en fin de première séance est alors suggérée de façon à mieux préparer la seconde.

Chaque séance s’espace d’environ 8 jours et nous reprenons une anamnèse de manière à constater les progrès (comme si vous étiez un nouveau patient) , redéfinir les priorités et les objectifs par l’emploi de métaphores suggestives et permissives lors de la deuxième séance.

Enfin la troisième séance  est le fruit d’une réussite programmée, du sentiment de fierté et que les effets indésirables que vous craigniez ne se sont pas manifestés du tout. Le but de cette  séance est de vous redonner la confiance et de pérenniser les acquis; nous installerons vos prochaines habitudes de non-fumeur, vous apprendrez à vous retrouver libre dans un corps sain, la délivrance est là , elle vous tend les bras !

La quatrième séance permet d’ancrer dans le temps les nouvelles habitudes, les nouvelles croyances, les nouveaux comportements et nous envisageons ensemble ce que sera votre futur complètement délivré(e) du tabac et tous les bienfaits que cela vous apporte sur différents plans de votre vie (sociale, professionnelle, personnelle, intime etc).

La cinquième et ultime séance est une métaphore qui oriente l’ancien fumeur vers un nouveau champs de conscience, j’utilise bien souvent « la métaphore de l’arbre » qui vous offre la possibilité de recevoir un dernier conseil de la part de votre guide, de votre bonne étoile, de votre subconscient ou de toute autre  chose que votre esprit inconscient vous offrira à ce moment là!

L’avantage de la méthode par l’Hypnose Ericksonienne est qu’elle ne procure aucun effet indésirable, aucun manque ni besoin de compenser par autre chose comme de la nourriture par exemple. Il ne peut y avoir que du « feed-back » (des retours positifs) et des acquis.

Quoi qu’il en soit, en prenant en compte les différentes méthodes de sevrage tabagique, l’Hypnose Ericksonienne reste, et de loin, le moyen le plus efficace qui soit sans comporter d’effets indésirables ou de sensation de manque…

  La clé du succès est à votre portée…

Sources : (1)

http://www.stop-tabac.ch/fr/la-varenicline et http://forum.doctissimo.fr/sante/arreter-fumer/articulaires-musculaires-douleurs-sujet_170472_1.htm

 Key

http://therapiebrevehypnose.com/wp-content/uploads/2014/06/7D7B2E6-1.gif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *